Bienvenue sur la plateforme d’enseignement à distance
de la Faculté Universitaire de Théologie Protestante de Bruxelles


Un mode d'enseignement alternatif
Notre faculté reste convaincue que le suivi en présentiel – ou, à défaut, par visioconférence en direct – des cours offre une richesse d'échanges et de rencontres difficilement contournable. Toutefois, soucieuse de répondre aux demandes nombreuses de personnes qui ne peuvent se rendre disponibles au moment de la programmation de nos cours, nous proposons ce mode d’Enseignement à Distance alternatif.
Nous offrons ainsi une autre porte d’entrée dans les études de théologie.

La proposition de la FUTP
Dès le début de l’année académique 2022-2023, une douzaine de cours du niveau Bachelier 1, pour un équivalent de 39 crédits, sont disponibles en Enseignement à Distance via cette plateforme. Ces cours peuvent être suivis dans le même cadre du calendrier académique que les cours en présentiel mais selon un rythme propre à chaque étudiant·e selon ses disponibilités quotidiennes. (-> calendrier de l'année académique 2022-2023)

La disponibilité des étudiant·e·s
Au terme de chaque section de cours, des tâches doivent être réalisées avant d'avoir la possibilité d'accéder à la section suivante. Ceci, afin de garantir à chaque professeur·e titulaire le suivi régulier des cours par les étudiant•e•s.
Un crédit européen représente de 25 à 30 heures de travail académique fourni par l’étudiant·e. Ainsi, pour un cours de 3 crédits, il convient de prévoir une disponibilité de 75 à 90 heures de travail individuel sous la forme de lectures, visionnage de séquences vidéo, travail personnel de synthèses et d'évaluations intermédiaires, participation à des forums de discussion entre étudiant·e·s et, au terme du module de cours, de préparation aux épreuves certificatives ou de rédaction d’un travail. Cette charge de travail liée à ce mode d’enseignement peut varier significativement en fonction des acquis de chacun·e·.

S’inscrire à combien de cours ?
Les inscriptions se font donc ”à la carte” selon une formule tarifaire calculée sur la base du nombre de crédits de valorisation du cours. Nous vous encourageons donc à ne vous inscrire que pour le temps que vous êtes prêt·e à consacrer à votre étude.
Chaque crédit validé sera pris en compte dans la poursuite du cursus de vos études.


Bouton inscription EAD


    Available courses

    Objectif  

    • Initiation à la lecture biblique qui tient compte de l’irréductible intrication entre l’histoire et les histoires et permettant de dégager les univers culturels, religieux et spirituels des textes étudiés.  
    • Rappeler les liens herméneutiques qui unissent les deux Testaments de la Bible Chrétienne (AT + NT). 
    • Montrer le caractère contextuel des diverses réceptions de l'Ancien Testament à travers l'histoire et leur impact sur notre propre lecture.
    • Présenter et mettre en œuvre des techniques d'une lecture réflexive, ouverte et décalée. 

    Contenu

    Le contenu se décline en trois points essentiels:

    • Un bref état des lieux des questions d’herméneutique de l’Ancien Testament (AT). Les spécificités de l’herméneutique de l’AT et ses enjeux
    • Un panorama succinct sur les réceptions du texte AT de l’époque des relectures internes à l'Ancien Testament (AT) jusqu'à nos jours : l'Antiquité, le Moyen Âge, les Temps Modernes et l'époque contemporaine.

    • Une lecture théologique plurielle de quatre textes tirés des livres du TaNaKh (Torah-Nevi'im-Ketouvim, Pentateuque, Prophètes et autres Ecrits ).             

    Bibliographie
    • Rose M., Une herméneutique de l’Ancien Testament, Genève, Labor et Fides, 2003.
    • Friedman R., Qui a écrit la Bible ?, Paris, Exergue, 2012.
    • Chopineau J., « L’ébranlement des fondations – vers une théologie biblique pour notre temps », in : Quand le texte devient paroleAnalecta Bruxellensia, Bruxelles, FUTP, 2001, pp. 17-25.
    • Artus, O., Le Pentateuque. Histoire et théologie, Cahier Evangile no 156, Paris, Cerf, 2011.
    • De Pury, A., « Le Canon de l’Ancien Testament », in : Römer, T. et al. (éds.). Introduction à l’Ancien Testament, Genève, Labor & Fides, 2009, pp. 19-41.
    • Pelletier, A.-M., D’âge en âge, les Écritures, Lessius. 2004.

    Forme           

    Exposés introductifs sous forme de documents de cours (PDF) suivis d'une analyse collaborative de textes bibliques sous forme d'activités.  Certains modules seront introduits par un enregistrement audio ou vidéo. 

    Validation     

    Participation au cours en faisant toutes les activités proposées à chaque module; 2 travaux écrits et deux examens oraux (janvier et juin).

    Valeur           

    5 ECTS



    Objectif

    • donner à l’étudiant·e les moyens de se constituer une première culture vétérotestamentaire
    • situer dans leur contexte quelques grandes figures de l’Ancien Testament.

    Contenu

    • première approche des contenus de la littérature vétérotestamentaire dans sa globalité
    • lecture cursive de différents cycles ou livres
    • étude de quelques textes représentatifs. 

    Biblio.

    • Römer, T., Macchi, J. D., & Nihan, C., Introduction à l’Ancien Testament. Genève, Labor et Fides, 2009. 
    • Römer, T. Les 100 mots de la Bible. Que sais-je ? Paris, PUF, 2020.

    Valeur 

    1 ECTS

    Objectif

    Le cours d’hébreu I s’adresse aux débutants : l’apprentissage se focalise sur la lecture, l’acquisition des bases de la grammaire et du vocabulaire. Au terme de ce cours, l'étudiant sera capable avec l’aide des outils adéquats, de traduire un texte en prose de la bible hébraïque de niveau simple. Pour ce faire, il aura assimilé l'écriture et un vocabulaire de base, et sera à même de rendre compte des principales caractéristiques de la morphologie du nom et du verbe régulier et de reconnaître les principales articulations de la phrase. En outre il pourra :

    -       Lire et traduire des versets directement dans la Bible hébraïque (BHS)

    -       Rendre compte des différentes caractéristiques de la morphologie du nom et du verbe régulier et les analyser.

    -       Analyser les différentes formes syntaxiques

    -       Maîtriser un vocabulaire de base

    -       Utiliser les outils de travails pour la traduction.

    Contenu

     L'hébreu biblique massorétique est un dialecte cananéen (sémitique de l'Ouest) attesté dans le corpus de la Bible juive et quelques inscriptions anciennes. Relativement simple, il nécessite toutefois un effort d'adaptation pour qui aborde pour la première fois une langue sémitique. Le cours permet l'apprentissage de l'écriture, d'un vocabulaire de base et de la grammaire (morphologie du nom et du verbe). Rapidement, il s'oriente vers la lecture de textes bibliques (récits en hébreu assez simple, tirés de la Genèse, du livre de Ruth et d’autres).

     

     

    Forme

    Cours en ligne, demande une certaine rigueur et surtout d’être un minimum autodidacte.

    Les cours est divisé par section, un test/devoir est à valider à la fin de chaque section pour avoir accès à la suivante.

    Validation

    -       Évaluation continue : validation de chaque section par un travail écrit.

    -       Examen final : à déterminer avec le professeur

    Biblio.

    Bible hébraïque

    K. Elliger, W. Rudolph, Biblia Hebraica Stuttgartensia (BHS), Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 1997.

    Manuels

    J. WEINGREEN, L'hébreu biblique : méthode élémentaire, Paris, Beauchesne, 2004 (2e éd. revue et corrigée par J.-C. Haelewyck).

    S. KESSLER, L’hébreu biblique en 15 leçons, Rennes, PUR, 2008.

    Dictionnaire, grammaire et lexique

    Ph. REYMOND, Dictionnaire d'hébreu et d'araméen bibliques, Paris, Cerf, 1991.

    P. JOÜON, Grammaire de l'hébreu biblique, Rome, P.I.B., 1965.

    F. BROWN, S.R. Driver, C.A. Briggs, Hebrew and English Lexicon of the Old Testament, Oxford, Clarendon Press, 1975.

    Valeur : 6 ECTS


    Objectif

    • Présenter aux étudiants les données politiques, sociales, culturelles et religieuses contemporaines des premières communautés chrétiennes.
    • Comment ces données culturelles influent sur le contenu de la foi et son expression écrite, sur l’insertion des premiers chrétiens dans l’univers gréco-romain et juif du Ier siècle.

    Contenu 

    • Quadri 1 : Les données politiques, culturelles et religieuses indispensables à connaitre, qui entourent les communautés chrétiennes du Ier siècle : culture hellénistique et implantation de la langue et des valeurs grecques ; monde socio-politique romain de la République et de l’Empire ; la Palestine sous contrôle étranger et les Hérodiens, jusqu’à la 1e guerre juive et ses conséquences.
    • Les religions païennes et rites religieux du bassin méditerranéen (cultes à mystère, religion civique, paganisme méditerranéen et syncrétisme) ; les différents courants religieux juifs du Ier siècle.
    • Réception du christianisme par les Romains, jusqu’à la fin du Ier siècle.
    • Mise en perspective du NT avec des textes de la littérature antique (juive, grecque et latine)t.

    Biblio.

    • J-P LEMONON, H. COUSIN, J. MASSONNET éd., Le monde où vivait Jésus, Paris, Cerf, 1998.
    • Christian GRAPPE, Initiation au monde du Nouveau Testament, Genève, Labor et Fides, 2010 (Le Monde de la Bible, 63).
    • Supplément au Cahier Evangile 42 : Rome face à Jérusalem (regards des auteurs grecs et latins), Service biblique Evangile et Vie, Paris, Cerf, 1982.
    • Supplément au Cahier Evangile 52 : Vie et religions dans l’empire romain au temps des premières communautés chrétiennes (Rome face à Jérusalem 2e partie), Service biblique Evangile et Vie, Paris, Cerf, 1985.
    Forme

    Leçons en ligne et exercices d'application

    Validation 

    Suivi régulier du cours et devoirs à rendre : fiches de lectures, exercices de mémorisation, exégèses

    Valeur : 2,5 ECTS

    Objectif

    • Sensibiliser les étudiants au processus de formation du Nouveau Testament : diversité des sources et des manuscrits, processus de passage de l’oral à l’écrit, les différents genres littéraires, les auteurs et leur milieu, la pseudépigraphie, l’expression des préoccupations des premières communautés chrétiennes installées ou en mission.

    Contenu

    Quadri 2 :

    • Le texte du Nouveau Testament : critique des sources (principaux manuscrits), savoir lire l’apparat critique de Nestle-Aland, critique des formes, critique de la rédaction ; diachronie et synchronie ; intertextualité. Le problème synoptique et la théorie des Deux Sources.
    • Principales approches herméneutiques.
    • Parcours chronologique de l’ensemble des livres composant le Nouveau Testament : auteurs, dates et milieux de composition, et visées théologiques propres à chaque écrit ; comprendre la pseudépigraphie.

    Biblio.

    • NESTLE-ALAND, Novum Testamentum Graece, Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, édition 27 ou 28.
    • Frédéric AMSLER, L’évangile inconnu. La source des paroles de Jésus (Q), Genève, Labor et Fides, 2001.
    • Bruce METZGER, A Textual Commentary on the Greek New Testament, Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 2001.
    • Hans CONZELMANN et Andreas LINDEMANN, Guide pour l’étude du Nouveau Testament, Genève, Labor et Fides, 1999.
    • Daniel MARGUERAT éd., Introduction au Nouveau Testament. Son histoire, son écriture, sa théologie, Genève, Labor et Fides, 2004.
    • Elisabeth PARMENTIER, L’écriture vive, Genève, Labor et Fides, 2004 (Le Monde de la Bible, 50).

    Forme

    Leçons en ligne et exercices d'application

    Validation 

    Suivi régulier du cours et devoirs à rendre : fiches de lectures, exercices de mémorisation, exégèses

    Valeur : 2,5 ECTS

    Objectif

    Renforcer la culture biblique et susciter une lecture complète du NT chez les étudiants de 1ère année, en cultivant la familiarité avec les textes qui seront abordés dans la suite du cursus dans leurs dimensions littéraires, historiques et théologiques.

    Contenu

    Une vue d’ensemble de chaque livre du NT, dégageant les principales articulations des textes, les grands motifs - éléments thématiques ou narratifs – abordés, ainsi que les spécificités de chaque auteur.

    Biblio.

    • La Nouvelle Bible Segond. Edition d’Etude, Villiers-le-Bel, Société Biblique Française, 2007.
    • MARGUERAT D. (dir.), Introduction au Nouveau Testament. Son histoire, son écriture, sa théologie, 4éd., Genève, Labor et Fides, 2008. 
    • CONZELMANN H., LINDEMANN A., Guide pour l’étude du Nouveau Testament, Genève, Labor et Fides, 1999. 
    • BROWN R. E., Que sait-on du Nouveau Testament ?, Paris, Bayard, 2000.

    Forme

    Cours, travaux écrits et oraux.

    Validation

    Participation active au cours, lecture personnelle du NT, exposés et examen écrit. 

    Valeur : 1 ECTS

    Objectif

    Les cours sont répartis sur deux quadrimestres. Le niveau I est un cours de débutant : l’apprentissage se focalise sur la lecture, l’acquisition des bases de la grammaire et du vocabulaire. Au terme de ce cours, l’étudiant.e pourra :

    • lire son Nouveau Testament grec ;
    • distinguer les éléments du groupe nominal de ceux du groupe verbal et en analyser les formes ;
    • analyser quelques formes syntaxiques ;
    • maitriser un vocabulaire de base et sa traduction ;
    • utiliser les instruments de travail pour traduire des phrases simples.

    Contenu

    Les cours comprennent une partie systématique accompagnée d’exercices d’applications (lecture et étude d’un choix de mots, des phrases tirées du NT qui illustrent les points de grammaire vus dans la partie systématique) : outre la partie phonétique suivie de la lecture d’extraits du NT, des cours de morphologie portant sur le système nominal s’alternent avec ceux du système verbal et s’achèvent sur des remarques d’ordre syntaxiques.

    Bibliographie                        

    •  NESTLE-ALAND, Novum Testamentum Graece, 28ème éd., Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 1993 (ou  la 27ème édition).
    •  NEWMAN, B.M, Dictionnaire grec-français du Nouveau Testament, Paris, Editions Bibli’o/Alliance biblique universelle, 2021.
    •  CARREZ, M., Grammaire grecque du Nouveau Testament, 6ème éd., Genève, Labor et Fides, 2009.
    • MOUNCE, W.D., The analytical lexicon to the Greek New Testament, Grand Rapids, Michigan, 1993.

    Forme 

    Cours théorique et pratique.

    Prérequis

    Aucun.

    Validation

    Participation active aux cours, réalisation des devoirs, épreuves écrites et orales.

    Valeur : 6 ECTS

    Objectif

    Ce cours constitue une introduction aux maîtres de la philosophie occidentale de l’antiquité à la modernité. Il propose à l’étudiant·e une initiation à la pensée philosophique occidentale et la découverte des figures emblématiques de la philosophie par une lecture critique de textes représentatifs.

    Contenu

    Le cours débute par un bref survol des idées générales caractérisant la démarche propre à la philosophie et propose par la suite une incursion dans l’univers fascinant des maîtres de la pensée occidentale.

    Des figures emblématiques et des écoles de la tradition philosophique occidentale telles les présocratiques, Socrate, Platon, Aristote, les stoïciens, les épicuriens, Descartes, Spinoza, Leibniz, Voltaire, Diderot, Condorcet, Rousseau, Kant, Hegel, Marx, Nietzsche, Kierkegaard, Heidegger, Sartre constituent le sujet de notre analyse. La confrontation avec des textes représentatifs de leurs œuvres permettra d’en dégager les questions, les problématiques et les concepts-clé propres à la réflexion philosophique.

    Bibliographie

    • Hadot P,. Qu’est-ce que la philosophie antique ? Paris, Folio, 1995.
    • Dumont J.-P., Les écoles présocratiques, Paris, Folio, 1991.
    • Platon, Apologie de Socrate, GF Flammarion, Paris, 2017.
    • Huisman D., Vergez A., Histoire des Philosophes illustrée par les textes, Paris, Nathan, 2010.
    • Bréhier E., Histoire de la philosophie, PUF, 2012.
    • Descartes R., Discours de la méthode, Paris, Gallimard, 1991.
    • Kant E., Qu’est-ce que les Lumières ?, Paris, Larousse, 2013.
    • Nietzsche F., Le Gai Savoir, Paris, Flammarion, 2020.
    • Sartre J.-P., L’existentialisme est un humanisme, Paris, Gallimard, 1996.

    Valeur

    3 ECTS

    Objectif

    A partir de l’étude d’un texte classique de la Réforme, l’étudiant·e sera amené·e à :

    • s’initier à la réflexion théologique en se familiarisant avec quelques notions théologiques fondamentales
    • Cerner les enjeux théologiques portés par les affirmations de foi héritées de la tradition chrétienne, notamment celles de la Réforme.

    Contenu

    Le cours parcourt les principes fondamentaux de la tradition protestante tels qu’énoncés à la Réforme, en cherchant à discerner d’une part ce qui appartient à la structure de la foi et d’autre part ce qui relève de l’héritage religieux et d’un contexte historique et culturel donné. S’appuyant sur une étude suivie de la « Confession helvétique postérieure » (1566) nous mettrons en débat les grandes affirmations de la foi chrétienne tout en étant attentifs à leur réception dans notre société contemporaine. 

    Biblio.

    • Bullinger, H. Confession helvétique postérieure (1566) www.het-pro.ch/wp-content/uploads/2017/02/1566-Confession-helvétique-postérieure.pdf [trad. en français moderne]
    • Birmelé, A., Bühler, P., Causse, J-D. & Kaennel, L. Introduction à la théologie systématique, Genève, Labor et Fides, 2008.
    • Gounelle, A, Protestantisme : les grands principes, Lyon, Olivétan, 2008.
    • Gisel P. (dir.), Encyclopédie du protestantisme, Paris, Genève, Quadrige/PUF et Labor et Fides, 2006 (2ème éd. revue, corrigée et augmentée).
    • Léchot P.-O. (dir.), Introduction à l’histoire de la théologie, Labor et Fides, 2018 [notamment chap. V « La théologie protestante à l’âge des confessions (1565-1685) » p. 237 ss.]

    Valeur

    3 ECTS

    Objectif

    • Former à une pratique de la réflexion théologique dialogale et hospitalière, inclusive, culturellement sensible et contemporaine, néanmoins axée sur les grandes affirmations chrétiennes.
    • sensibiliser au fait que le travail théologique s’exerce en interaction avec des contextes sociaux et culturels variés qui en conditionnent les contours.
    • poser les bases d’une praxéologie interculturelle facilitant d’une part l’intégration des membres d’églises de divers arrière-plans socio-culturels et d’autre part les interactions avec la société pluraliste environnante, participant au bien commun.

    Contenu

    Les sociétés européennes sont caractérisées par une pluralisation religieuse et culturelle croissante. Les Églises protestantes de par leur diversité socio-culturelle, confessionnelle et théologique sont exposées à ces changements sociétaux. Cette situation d’interpénétration des cultures et des religions assortie de fortes affirmations identitaires parfois conflictuelles interroge les catégories traditionnelles de la théologie, quand pluralisation rime avec relativisation des régimes de vérité.

    Ce cours, à la jonction entre théologie et sociologie (pratiques sociales et culturelles des Églises), est construit autour de 2 approches dont on présentera les fondamentaux : la théologie interculturelle et la théologie publique. Chemin faisant, sont abordés quelques courants de pensée et de militance contemporains (intersectionnalité, approches post-coloniales, etc.) en examinant comment ceux-ci viennent informer et questionner la compréhension des Écritures et de la tradition chrétienne.

    Biblio.

    • Hollenweger W., L'expérience de l'Esprit. Jalons pour une théologie interculturelle, Genève, Labor et Fides, 1992.
    • Miano L., Afropea. Utopie post-occidentale et post-raciste, Paris, Grasset, 2020.
    • Pape François, Fratelli tutti – Encyclique, Paris, Bayard – Cerf – Mame, 2020.
    • Picon R., Tous théologiens, Paris, van Dieren, 2001.
    • Villagrán G., « La théologie publique : une proposition pour donner voix à l’Église dans les sociétés pluralistes », Revue d'éthique et de théologie morale 4-n° 296 – 2017, pp. 45-58.
    • Van Den Toren B. “Intercultural Theology as a Three-Way Conversation Beyond the Western Dominance of Intercultural Theology”. Exchange 44, 123-143.
    • Volf M., A Public Faith. Grand Rapids, Brazos Press. 2011 (trad. française : Foi chrétienne et sphère publique, Nîmes, Vida, 2017)

    Pré-requis

    Suivre les cours d’introduction à la dogmatique et introduction à l’éthique

    Valeur

    3 ECTS


    Objectif

    • Comprendre le développement du mouvement de Jésus au sein du judaïsme de Judée en une religion distincte du judaïsme, dans sa diversité et sa complexité.
    • Se familiariser avec plusieurs écrits de penseurs chrétiens antiques, et les lire avec la distance critique nécessaire. Une place sera faite aux écrits « apocryphes ».

    Contenu

    Le cours vise à poser les fondements historiques de ce qui devient progressivement le christianisme. Il couvre les cinq premiers siècles de l’ère chrétienne, qui correspondent à une première époque de constitution du christianisme. Plus précisément, nous étudierons comment des cercles de sectateurs de Jésus se développent au cours des premiers siècles, les étapes de ces développements, qui sont replacés dans le cadre de l’histoire de l’Empire romain. Cette étude sera conduite essentiellement à partir de sources écrites et une large place est faite aux sources apocryphes et non chrétiennes.

    Biblio.

    • MATTEI P., Le Christianisme antique. Ier-Ve siècles, Paris, Ellipses, 20112 ;
    • MIMOUNI, S. C. – MARAVAL P., Le Christianisme des origines à Constantin, Paris, PUF, 2006 (lecture cursive)
    • MIIMOUNI S. C., Le Judaïsme ancien, du VIème siècle avant notre ère au IIIème siècle de notre ère. Des prêtres aux rabbins, Paris, PUF, 2012 (lecture cursive)
    • MORLET S., Christianisme et philosophie. Les premières confrontations (ier - vie siècle), Paris, Institut des études augustiniennes, 2014.
    • POUDERON B. (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne, 3 vol., Paris, Cerf, 2008 – 2017.
    • SCOPELLO M., Les Gnostiques, Paris, Cerf, 1991.

    Valeur

    3 ECTS


    Objectifs

    • Prendre connaissance des grandes figures et moments de l’histoire du protestantisme. Se doter de com-pétences historiques pour penser la Réforme aujourd’hui.
    • Fréquenter quelques textes majeurs de la pensée protestante.

    Contenu

    La Réforme ou Réformation est un phénomène historique multiple et complexe. Loin d’être simplement un brusque retour à l’idéal, il s’inscrit dans une continuité historique dans laquelle il plonge de profondes racines. Pourtant, la Réforme initiée par Luther se distingue des autres courants réformistes en ce qu’elle a mis fin à l’unité de l’Église, faisant naitre une ecclésiologie nouvelle. Il s’agira dès lors d’interroger les causes de la Réforme mais aussi de questionner les conditions et les prémisses qui ont rendu plausible, à son époque, son déroulement et sa structure. Le cours abordera aussi les trajectoires multiples suscitées par l’impulsion réformatrice ainsi que la réponse Catholique, une réforme elle aussi.

    Biblio.

    • CHAVEL F. et LÉCHOT P. (éd.), Luther : une anthologie (1517-1521), Genève, Labor et Fides, 2017.
    • CORBIN A. ( dir.), Histoire du christianisme, Paris, Seuil, 2007.
    • COTTRET B., Histoire de la Réforme protestante. Luther, Calvin, Wesley XVIe-XVIIe siècle, Paris, Perrin, 2001.
    • DELUMEAU J. et WANEGFFELEN T., Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, PUF, 2008 (1965).
    • EBELING G., Luther. Introduction à une réflexion théologique, Genève, Labor et Fides, 1983.
    • KAUFMANN T., Histoire de la Réformation. Mentalités, religion, société, Genève, Labor et Fides, 2014.
    • LÉCHOT P., La Réforme (1517-1564), PUF Que Sais-Je ?, Paris, 2021.
    • LÉONARD Émile G., Histoire générale du protestantisme, 3 vol., PUF-Quadrige, 1982 (1961).

    Valeur

    3 ECTS


    Code : OM-B01

    Quadri : I

    Enseignant : Rebecca MONGA-ILUNGA

    Objectif
    Le cours a un objectif pratique : fournir aux étudiants quelques informations clés et outils de base en vue d’une bonne entrée dans les études universitaires, lesquelles ont des caractéristiques propres. Il s’agit d’apprendre à bien organiser son travail, maitriser les exercices universitaires classiques, tels que la dissertation, le commentaire de texte, le résumé ou la fiche de lecture – tout en progressant dans la maitrise de la langue et de l’expression (écrite ou orale).
    Au fil de la démarche, il s’agit d’« apprendre à (mieux) lire les textes », s’approcher au plus près de la pensée des auteurs étudiés, identifier leurs problématiques et « mondes de référence », et  entrer ainsi en dialogue avec eux pour nourrir sa propre réflexion.

    Contenu
    7 thématiques sont abordées :

    • Être un étudiant·e universitaire
    • Participation dynamique au cours magistral
    • Étude efficace et préparation proactive des cours
    • Élaboration et rédaction d’un travail scientifique
    • Intégrité intellectuelle et probité scientifique
    • Dissertation : structure et substance argumentative 
    • Préparation aux évaluations orales et écrites

    Forme : Cours participatif.

    Validation : Participation active au cours. Exercices divers.

    Valeur : 3 ECTS

    Code : OM-B02

    Quadri : II

    Enseignant
    Francis DEMETTER

    Objectif
    La culture générale se définit comme un ensemble de connaissances culturelles, sans domaine de spécialisation précis. L’approche proposée ici est orientée sur une thématique Histoire et Culture, avec en arrière-plan une sensibilisation à l’Histoire globale. Après une reprise pédagogique de la ligne du temps qui fait parfois défaut aux étudiants de 1ère année, les thématiques retenues, croisant aires géographiques et périodes historiques, seront traitées à chaque fois sur un mode participatif, alternant les apports magistraux (avec supports didactiques et extraits d’œuvres) et les temps de discussion/appropriation. On mettra à chaque séance l’accent sur les héritages contemporains (droit, art et culture, économie, (géo)politique, etc.) des moments historiques étudiés. 

    Contenu
    8 thématiques seront abordées :

    • la ligne du temps
    • Rome au 1er siècle de notre ère. Art et civilisation, et les héritages contemporains.
    • La Renaissance : l’irruption de nouveaux mondes/humanités (Amériques, Afrique, etc.)
    • la Révolution américaine et la démocratie américaine contemporaine (Cf De Tocqueville, De la démocratie en Amérique).
    • Le XIX siècle décalé (de 1815 à 1914) : révolution industrielle, colonisation, etc.
    • Du monde bipolaire (conséquence de la révolution russe et des 2 guerres) au monde multipolaire. Evocation des deux blocs, de la guerre froide (à l’échelle mondiale) jusqu’à la chute du mur.
    • La Chine comme grande puissance et les nouvelles routes de la soie. La Chine en Afrique
    • La peinture occidentale : approche comparée à partir d’une sélection d’une vingtaine d’œuvres des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique (Bruxelles – visite sur place), des maitres flamands aux peintres contemporains.
    • L’Union européenne, comme processus d’intégration économique et politique (visite du siège du parlement).

    Forme
    Approche diversifiée : exposés magistraux, débats, lecture de documents et iconographie, visites (musées - parlement européen, etc.).

    Prérequis : Aucun

    Validation : Participation active au cours, exposés, épreuve orale.

    Valeur : 3 ECTS